Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 11:49
LA CCI DE TARBES A L'HEURE TAÏWANAISE

Avec 23 millions d'habitants qui disposent maintenant du 3ème pouvoir d'achat en Asie, Taïwan compte actuellement quelques 150 entreprises françaises actives sur son sol et qui bénéficient ainsi d'une porte d'entrée appréciable sur le marché chinois pour nouer de fructueux échanges.

Numéro 2 mondial de production de panneaux solaires et en outre fabricant réputé de semi-conducteurs, écrans plats et composants électroniques divers, Taïwan est devenu le premier partenaire commercial de la Chine depuis 2003. Raison pour laquelle nos deux pays apprennent à mieux se connaître pour déceler nos besoins respectifs et conclure de nouveaux accords.

Dans le cadre de l'un de ses premiers déplacements provinciaux, c'est ainsi que Monsieur ZHANG Ming-Zhong, nouveau Représentant de Taïwan en France et son épouse, accompagnés de Monsieur Christophe LAI (Directeur des affaires économiques) et de Madame WU Wen-Ching (Chargée des relations parlementaires) viennent d'être accueillis par François-Xavier BRUNET (Président de la CCI Tarbes & Hautes-Pyrénées) et son équipe, en présence de plusieurs membres de la presse régionale dont Jacques PETIT (Journaliste de Widoobiz.com) et d'entrepreneurs locaux, actifs dans différents domaines et soucieux de développer leurs échanges commerciaux avec ce pays.

L'occasion pour la CCI et son Président de présenter à l'ambassadeur un panorama des différents secteurs économiques attractifs de la région avec remise de médaille de la CCI, en présence de Jeanine DUBIE (Députée des Hautes-Pyrénées), à l'origine de l'organisation de cette visite. (Voir photo).

Après déjà trois déplacements promotionnels effectués, la CCI va procéder en mai prochain à une quatrième mission de prospection focalisée cette fois sur les vins du Sud-Ouest pour faire connaître les produits locaux aux importateurs taïwanais.

LA CCI DE TARBES A L'HEURE TAÏWANAISE
Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 18:10
Le complexe Nogaropôle (Photo Tech' Drone)
Le complexe Nogaropôle (Photo Tech' Drone)

D'une superficie de 150 hectares, le Nogaropôle est idéalement situé à l'épicentre du Grand Sud-Ouest, aux confluents des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, à l'ouest du Gers et en limite du département des Landes, au coeur d'un bassin de plus de 6 millions d'habitants. Depuis son raccordement à l'A 65, le site est à 40 minutes de Pau et à moins de deux heures de Bordeaux et de Toulouse.

Aménagé autour du circuit Paul-Armagnac de Nogaro, il développe une offre inédite de services pour les différents acteurs économiques installés ou souhaitant s'installer sur le site avec des espaces parfaitement aménagés pour accueillir des entreprises positionnées dans différents secteurs d'activités. (Sport mécanique, technologies de pointe, industrie, artisanat...) On y trouve ainsi :

- Un circuit auto-moto, camion, karting homologué jusqu'aux essais F1 avec une piste de 3636 m dotée d'une ligne droite de 1 km.

- Un bâtiment industriel doté de six bureaux et un atelier de 442 m2 disponibles à la demande (location ou vente) adaptés à tous types d'activités.

- Une pépinière d'entreprises et- une zone d'activités dédiées à l'accueil des porteurs de projets. Les entreprises qui font le choix de s'implanter là peuvent bénéficier de conditions avantageuses via les dispositifs ZRR et AFR.

- Une implantation simplifiée pour les porteurs de projets et entreprises

- Des centres de formations spécialisés dans l'automobile et les sports mécaniques qui proposent des parcours d'excellence, depuis le CAP (Lycée Professionnel d'Artagnan) jusqu'à la formation qualifiante de niveau III (Lycée d'Artagnan et Ecole de la Performance).

- un aérodrome contigu au circuit qui facilite l'accès au site par sa structure adaptée à l'aviation légère.

De quoi satisfaire toutes formes de besoins pour les entreprises intéressées par cette innovation unique en France.

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 15:32
UN PRESIDENT ACTIF SUR SA REGION

Pour sa 4ème soirée qui a réunie un parterre très varié de chefs d'entreprise au Restaurant OBouchon (Ferme saint-Ferreol) de Chis, le Club d'affaires Bigorre & Business leur a une nouvelle fois permis de nouer entre eux de fructueux contacts.

Invité à cette rencontre par les organisateurs, François-Xavier BRUNET, Président de la CCI Tarbes & Hautes-Pyrénées ( voir photo).devait rappeler à cette occasion son soutien apporté au Club pour aider à rompre l'isolement, partager des projets et réflexions avec le monde des affaires et remettre en mémoire le rôle de la CCI qu'il dirige autour de trois missions principales :

1- REPRESENTER les entreprises et agir pour leur développement par un appui individuel et personnalisé par le biais d'opérations collectives en aidant à simplifier leurs démarches administratives et en les informant pour éclairer leurs décisions et recherches de financements.

2- APPUYER leur accompagnement en aidant au développement de l'économie locale en partenariat avec les acteurs de la région pour contribuer à l'attractivité du territoire.

3 - FORMER aux emplois d'aujourd'hui et de demain en proposant un large éventail de formations professionnelles initiales et continues en adéquation avec la demande des entreprises locales.

Sans nier les difficultés économiques du moment contraignant la CCI à réduire actuellement de 41 % ses budgets et moyens de fonctionnement, François-Xavier BRUNET devait conclure son intervention par le rappel que cette restriction ne fragilise en rien la décision de la CCI de poursuivre activement ses services rendus aux entreprises et sa volonté affirmée de faire entendre la voix des entrepreneurs locaux auprès des Pouvoirs Publics dans la perspective de fusion annoncée des deux grandes régions Midi-Pyrénées & Languedoc-Roussillon.

Une soirée profitable pour l'ensemble du public présent, à mettre une fois de plus à l'actif du Club Bigorre & Business.dont le but, rappelons-le, est la mise en relation entre hommes et femmes d'affaires des Hautes-Pyrénées, de Tarbes/Lourdes/Bagnères, des pays de l'Adour et de la Bigorre.

Pour tous renseignements et adhésions : contact@bigorre-business.fr

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 10:04
BIGORRE & BUSINESS CREE L'EVENEMENT

Les nouvelles manières de commercer imposent aujourd'hui de faire de plus en plus appel aux réseaux sociaux et clubs d'affaires qui permettent de rapidement établir des contacts fructueux.

A ce titre, le Club Affaires "Bigorre & Business" met désormais en oeuvre une stratégie collective de communication aboutie et ayant fait ses preuves en Béarn. Son but : créer une mise en relation et un partage d'expérience entre les femmes et les hommes des Hautes-Pyrénées, de Tarbes, Lourdes, Bagnères, des pays de l'Adour et de la Bigorre, y compris en dehors des frontières de ces régions.

Fort d'un pendant et partenariat existant déjà dans les Pyrénées-Atlantiques sous la dénomination "Béarn & Business", "Bigorre & Business" affiche maintenant l'ambition d'élaborer une véritable synergie entre ces deux territoires.

Ses trois axes majeurs de développement pour l'année 2016 sont la mise en visibilité des produits et savoir-faire locaux, la détection des jeunes chefs d'entreprises et la validation de son réseau par les institutions et les grandes entreprises du Sud-Ouest de la France.

Les adhérents amenés à rejoindre le Club bénéficient d'un cocktail dinatoire mensuel permettant les échanges les plus profitables. Une newsletter est diffusée à grande échelle afin de relater ses activités et en assurer une visibilité optimale. La cotisation annuelle est de 200 ou 400 Euros en fonction du chiffre d'affaires de la société participante.

Pour tous renseignements, contacter : Nicolas Demange (Manager Général Bigorre & Business) - Tel : 06 15 97 80 10 www.bigorre-business.fr

Présentées au Restaurant OBouchon (Ferme St Ferreol) de Chis, le 8 février dernier devant un parterre de personnalités, élus locaux, et nombreux chefs d'entreprises invités, les activités à venir de Bigorre & Business n'ont pas manquées d'intéresser le public présent pour la circonstance.

Devaient y intervenir tour à tour à travers diverses allocutions (de gauche à droite sur la photo) :Noel Pereira (Conseiller du Président du CD65), Louis Armary (Conseiller des Gaves CD65), Jérôme Marbot (Président de Béarn & Business, élu de l'opposition à la Mairie de Pau) et Charles Pelanne (Vice-Président CD64 en charge de l'économie).

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 10:13
Marie-Christine JAILLET
Marie-Christine JAILLET

A la veille de la fusion de Midi-Pyrénées & Languedoc-Roussillon, Marie-Christine Jaillet, présidente du CODEV (Conseil de développement Toulouse Métropole) et sociologue ainsi que Philippe Estèbe, géographe et président de l'IHEDATE ont été interviewés sur le devenir de ce nouvel ensemble territorial. Que ressort-il de ces échanges et quelle analyse tirent ces deux experts du futur rapprochement de ces deux régions ? Extraits de cette interview qui a le mérite de bien dresser un premier bilan de situation.Au delà des élus régionaux, ces deux métropoles ont un vrai rôle à jouer dans la construction d'une politique commune d'aménagement du territoire avec le concours indispensable de la société civile et des citoyens.Néanmoins trois scenarios possibles peuvent être envisagés :

1 - Les deux métropoles se positionnent en rivalité, l'une vis-à-vis de l'autre, et se neutralisent par le jeu de la concurrence.

2 - Les élus des deux grands pôles urbains s'ignorent. Les deux métropoles ne s'affichent pas en concurrence mais ne jouant pas dans la même catégorie, préfèrent cultiver leur propre pré carré sans parier sur la coopération.

3 - Elles trouvent des accords , les acteurs locaux identifient des synergies et se mettent à travailler ensemble.

Pour M.C. Jaillet,"Une fusion régionale d'aussi grande envergure exige inévitablement un repositionnement respectif malgré un fort "tropisme" historique et culturel qui lie les deux territoires. Leurs relations restent encore à développer et la fusion nécessite aujourd'hui d'établir une cartographie territoriale des forces et complémentarités existantes qui va prendre du temps et exiger la mobilisation de toutes les forces vives.

Le CODEV de Toulouse Métropole et le Conseil de Développement Montpellier Méditerranée Métropole ont déjà amorcé une réflexion commune sur le développement de coopérations. A titre d'exemple, l'agro-écologie et les énergies renouvelables constituent pour Toulouse comme pour Montpellier l'un des axes forts de cette réflexion commune. Le mariage du solaire, de l'éolien et de l'hydroélectricité pourrait faire de la future grande région la première de France dans le secteur des ENR. Une vraie politique commune de transition énergétique est à établir."

Des propos auxquels adhère Philippe Estèbe qui ajoute qu'il serait pertinent également de favoriser les coopérations universitaires des villes de la future grande région et de les inciter à travailler ensemble car il existe un contraste notable entre les villes moyennes de Languedoc-Roussillon qui connaissent des difficultés économiques et celles de Midi-Pyrénées qui, de par leur position de "satellites" bénéficient du rayonnement économique de Toulouse.

Sans oublier bien sûr la nécessité de construction d'un vaste champ de formations professionnelles qui reste à inventer en matière d'éducation et l'analyse de politiques locales renforcées à établir en matière d'emplois.

On le voit, un vaste chantier à entamer sur la durée pour arriver à une fusion régionale ayant du sens pour ses habitants.

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:39
UNE CONFERENCE A SUCCES

La Bouquinerie Associative de Bagnères de Bigorre située près des Thermes offre un choix important de livres d'occasion à dévorer sur place ou à petits prix, qu'il s'agisse de romans, récits, nouvelles, B.D., polars, livres pour enfants ou ouvrages en langues étrangères. Elle organise également des manifestations publiques, ateliers, signatures d'auteurs ou conférences de toutes natures faisant appel à des intervenants extérieurs.

C'est ainsi qu'elle a fait appel à Jacques PETIT, journaliste sur la radio en ligne Widoobiz.com, spécialisée dans l'information économique des PME/TPE, pour venir traiter le 7 novembre dernier, auprès de ses adhérents et invités, un sujet sulfureux s'il en est : celui de la manipulation médiatique de l'opinion. Son expérience de plus de 40 années du monde de la presse écrite, radio, TV lui a permis de venir expliquer au public réuni à cette occasion dans la salle de lecture de la Bouquinerie, à qui elle profite et comment elle se pratique à travers différents exemples vécus dans les différents médias.où il a exercé.

Une rencontre que la presse locale a relayée et qui a permis d'intéressants échanges entre les participants et le conférencier.

Repost 0
Published by Jacques Petit - dans CONFERENCES
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 11:44
SAUVONS FRANCE TELEVISIONS

Parce que France Télévisions vit avec 2,5 milliards d'euros d'argent public, les Français doivent être informés de son fonctionnement.Outre le fait que la nomination de sa nouvelle Présidente ,Delphine Ernotte , est sujette à critiques et polémiques, force est de constater que cette télévision publique a vu à titre d'exemple ses frais de personnels augmenter de 23 % en dix ans et qu'on y compte 1222 emplois de trop

Ancien cadre de direction au sein de l'audiovisuel public et déjà auteur d'un ouvrage à succès en 2009 sur les dangereuses dérives de France Télévisions, Francis Guthleben revient sur le sujet avec ce livre-manifeste.

Il raconte comment la télévision publique doit engager un saut de génération, faire preuve de plus d'innovations, anticiper les bouleversements numériques à venir et explorer des voies totalement nouvelles en termes de gestion , de contenus et de gouvernance. Cet ouvrage dissèque tous les aspects du fonctionnement et dysfonctionnement de la chaîne et propose des solutions d'avenir.

Un ouvrage à lire indispensable pour toutes celles et ceux qui souhaitent comprendre le fonctionnement de ce groupe public et les pistes qui s'offrent à lui sur sa manière d'être plus utile, plus nécessaire et plus vertueux.

Contact : presse-ginkgoediteur@hotmail.fr

Repost 0
Published by Jacques Petit - dans COMMUNIQUES
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 08:06
JOBIRL CREE L'EVENEMENT A TOULOUSE

La première édition du Salon du Lycéen et de l'Etudiant qui vient de se dérouler le 10 octobre dernier au Parc des Expositions de Toulouse vient de connaître un franc succès. Les lycéens et étudiants de BAC+1 à BAC+5 s'y sont donnés rendez-vous, accompagnés ou non de leurs parents, pour y discuter avec des responsables d'organismes de formation en mesure de les guider pour leur avenir sur les orientations métiers et conditions d'admissions aux écoles de leurs choix.

Dix secteurs y étaient représentés : vie étudiante,métiers, ingénieurs, communication/artistique, commerce/gestion, santé/social/sport, international,universités, BTS, Lycées. Organisé sous le patronage du Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ce salon a présenté un large éventail de formations, des cursus supérieurs courts, long, en formation initiale ou en alternance.

C'est dans ce contexte que JobIRL, 1er réseau social professionnel pour l'orientation des 14-25 ans y a exposé. Lancée en janvier 2013 et réunissant actuellement 15..000 membres, JobIRL permet déjà à près de 13.000 jeunes, collégiens, lycéens ou étudiants der partir à la découverte de métiers grâce à quelques 2000 professionnels qui viennent sur ce site témoigner sur leurs métiers et répondre aux questions qui peuvent leur être posés.

Sous l'impulsion d'Agnès MONTMERLE et son équipe de bénévoles du territoire toulousain qui lancent un réseau de partenaires sur la région, le premier objectif de JobIRL est de trouver maintenant 500 professionnels pour dynamiser la communauté des jeunes au niveau local.

C'est dans cette optique qu'un premier panel de professionnels de différents métiers ont été sollicités par l"Association pour venir parler de leurs activités et manières de travailler dont Jacques PETIT, journaliste sur la radio en ligne Widoobiz.com dédiée à l'information économique des PME/TPE.(notre photo)

Ce dernier qui totalise aujourd'hui 40 années d'expérience du journalisme sur les 3 médias presse écrite, radio,TV et dont les activités s'étendent également à la formation en techniques de prise de parole en public pour stagiaires cadres et managers en alternance ou formation continue a pu ainsi venir conseiller sur le stand JobIRL de nombreux jeunes étudiants sur les filières, pratiques du métier et qualités nécessaires dont il faut faire preuve pour y faire carrière.

Une première expérience régionale qui a permis à JobIRL de rencontrer un vif succès auprès des visiteurs du salon

Repost 0
Published by Jacques Petit - dans ACTUALITES
commenter cet article
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:08
UNE NOUVELLE GRANDE REGION APPUYEE PAR DEUX MEDEF

Dans le cadre de la réorganisation de l'action territoriale engagée par le Gouvernement, les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon formeront à partir du 1er Janvier 2016 une entité régionale unique qui représentera 7,21 % du PIB national en englobant 13 départements et 5,6 millions d'habitants.

Grâce à son essor démographique, sa croissance économique et son dynamisme entrepreneurial, cette nouvelle grande région se positionnera parmi les plus performantes en occupant notamment la 1ère place au niveau, national en R & D et la 2ème en création de Start-Up.

C'est dans ce contexte que les deux MEDEF Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon qui d'ici Juin 2016 se regrouperont sous une bannière commune afin de coller au mieux aux réalités géographiques, économiques et politiques, ont travaillé de concert pour proposer dix priorités ayant pour ambition de favoriser l'essor économique et la création d'emplois dans cette nouvelle Grande Région.

Ces dix priorités pour lesquelles ces deux MEDEF souhaitent être forces de propositions, afin de les présenter ensuite auprès des candidats aux élections régionales, se résument comme suit :

1 - Construire un projet d'avenir pour favoriser la performance du nouveau territoire en matière d'économie et d'emploi et ainsi réussir l'intégration de la nouvelle région sans s'arc-bouter sur la vision passéiste des deux anciennes régions.

2 - Investir dans des infrastructures et des équipements de qualité pour assurer l'attractivité et favoriser le développement des entreprises.

3 - Mettre en synergie les atouts et leviers de la nouvelle région.

4 - Favoriser l'esprit entrepreneurial et ce dès le plus jeune âge.

5 - Avoir une véritable stratégie d'appui aux entreprises.

6 - Encourager l'innovation/la recherche et développer les pôles de compétitivité et d'excellence.

7 - Mettre en oeuvre une politique régionale de formation en adéquation avec les besoins des entreprises.

8 - Donner la priorité à l'export pour amplifier l'attractivité de la Grande Région.

9 - Apporter un soutien sectoriel aux décideurs régionaux.et à l'économie territoriale.

10 - Renforcer l'identité du nouveau territoire pour développer son attractivité et sa compétitivité.

Détaillées préalablement et communément en conférence de presse par Philippe ROBARDEY (Président du MEDEF Midi-Pyrénées) et Laurent BOISSONADE (Président du MEDEF Languedoc-Roussillon) (voir notre photo :Giesbert & Associés), ces dix priorités qu'ils vont présenter ensuite auprès des candidats aux élections régionales les amènent à ajouter pour conclure :

"Le but à terme est de n'avoir plus qu'un seul MEDEF à l'échelle de notre Grande Région avec deux représentations fortes sur les deux métropoles pour privilégier les budgets d'investissements, la réduction des dépenses, l'équilibre entre les territoires, les agglomérations et les métropoles pour éviter des redondances. Notre intention n'est pas de nous substituer à la décision politique, c'est le rôle des élus. Il est nécessaire cependant aujourd'hui de rappeler que, la compétition est européenne et internationale et que nos territoires doivent s'inscrire résolument dans cette mondialisation accélérée des échanges. D'où le sens de nos présentes propositions.

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 19:20
Michel HIBON (PDG du groupe CAHORS)
Michel HIBON (PDG du groupe CAHORS)

La mondialisation nécessitant que les entreprises s'adaptent à de nouvelles règles de fonctionnement, amène les besoins en matière de formation à devoir également évoluer. Qu'il s'agisse du management d'équipes, de la nécessité d'accroître l'employabilité des personnels par le développement de compétences ou de rendre ses commerciaux plus performants, apparaît aujourd'hui un nouveau besoin : celui d'apprendre à mieux maîtriser l'intelligence émotionnelle de ses collaborateurs.

De quoi s'agit-il tout d'abord ? L'intelligence émotionnelle suppose la capacité à contrôler ses sentiments et émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses gestes. En clair, développer l'habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec elles ainsi qu'à les réguler chez soi et chez les autres

UN BESOIN GRANDISSANT

Rapidement amené à s'être intéressé à ce nouveau concept figure l"Institut de Formation du groupe Cahors (IFGC) installé à Blagnac, qui intervient dans toute la France où il adapte ses offres de conseil RH et de formation des collaborateurs pour les grands groupes et les PME de l'industrie et des services. Il propose ainsi une large palette de thématiques et formations standard et sur-mesure et apporte son concours à quelques 350 entreprises en France et à l'international.

Avec son expérience mondiale des secteurs de l'énergie et des réseaux, le groupe Cahors dont l'IFGC est la filiale dédiée à la formation, a compris très tôt la nécessité de s'adapter aux nouvelles règles du marché en matière d'interculturalité et de méthodes de management.

Comme se plait à le rappeler Michel Hibon, PDG du groupe Cahors : 'La force d'une entreprise, c'est tout d'abord l'ensemble de son capital humain. Notre ambition est de permettre le développement de compétences de tous afin de mettre en adéquation la stratégie de l'entreprise avec les projets professionnels de chacune et chacun."

LA CHINE IMMEDIATEMENT INTERESSEE

L'IFGC s'est naturellement tourné avec succès vers l'international dans le sillage du groupe Cahors qui dispose de filiales en Afrique du Sud, Chine, inde, Maroc, Tunisie et Uruguay. C'est ainsi qu'il vient d'intéresser les autorités de la ville chinoise de Qingdao à l'intelligence émotionnelle appliquée au management. Il va y former les étudiants et dirigeants d'entreprises à ce concept novateur. A noter que Qingdao abrite ègalement une université spécialisée qui forme 30.000 étudiants aux métiers de l'énergie, spécialité du groupe Cahors.

Et Didier Gailliègue, DG de l'IFGC et Michel Hibon d'ajouter de concert : "Les compétences comportementales sont essentielles quant à l'efficacité d'un manager au serin de l'entreprise. Nos formations permettent d'y apprendre comment canaliser la puissance de notre énergie émotionnelle pour la communiquer au management de collaborateurs en générant motivation, mobilisation, créativité et en soutenant l'ensemble dans une optimisation du bien-être individuel au sein d'organisations.

L'attention croissante que portent les entreprises chinoises aux problématiques managériales démontre que contrairement aux idées reçues en Occident, elles recherchent constamment de nouvelles sources d'efficacité managériale. L'intérêt qu'elles manifestent pour l'intelligence émotionnelle appliquée au management témoigne de leur volonté de renforcer encore plus leur compétitivité face à leurs concurrents occidentaux. Il ne tient qu'à ces derniers d'en faire autant."

Un message qui incitera, espérons-le, bon nombre de services RH de nos entreprises à faire appel à l'IFGC pour intégrer ce type de formation dans leurs programmes à venir.

Jacques PETIT

Repost 0
Published by Jacques Petit
commenter cet article